vendredi 19 février 2016

Une soupe qui vous fait voyager direction New York, New York ...


Brrrrr, à Bordeaux, nous sommes sous l'eau depuis plusieurs semaines. A tel point, que la Garonne a envahi les quais et mon extérieur ressemble plus à un lac qu'à un jardin. 


Il me semble donc qu'il était de bon ton de vous proposer de quoi vous réchauffer !! Ce sera donc une bonne soupe maison car, chez nous, les sachets lyophilisés ne passent pas le pas de la porte (bon ok, je l'avoue ... à l'exception d'une petite soupe tomate/vermicelles qui dépanne bien quand même ...). 


D'aussi loin que je me souvienne, ma maman a toujours été anti-gaspillage. Elle ne jette rien, tout part au congélateur pour une utilisation future (autant vous dire qu'à l'heure actuelle, elle possède 3 petits congélateurs et ils sont tous remplis !!!). A tel point que lorsqu'elle faisait une quiche ou un hachis-parmentier on évitait de demander ce qu'il y avait dedans ... Du coup, ne demandez pas à ma mère sa recette de quiche, elle sera incapable de vous la donner sauf la pâte sablée, seul élément immuable. En même temps, quand il y a farine, beurre et sel, il n'y pas trop de marge de manœuvre .... 
Les légumes ne faisaient donc pas exception et finissaient en soupe. De la soupe à la tomate à la soupe à la salade (non, ne faites pas la grimace, c'est délicieux !!!) en passant par la soupe au potiron. Chacun avait évidemment sa préférée et cela m'a donné le goût de les réaliser moi-même quand j'ai commencé à maîtriser ma cuisine (je ne me suis pas lancée dans la confection de soupes dans la kitchenette de mon 18m² parisien ...) et maintenant c'est Mr Folles Gourmandises qui devient fou en voyant le contenu de notre congélateur ... 

Aujourd'hui, ce n'est pas une recette familiale mais une recette que j'ai découvert un jour où j'avais des carottes en trop et que je ne savais pas quoi en faire ... Je la partage avec vous car elle me transporte sur les trottoirs de New York ... Le céleri branche est très présent dans l'alimentation américaine. Les américains le mangent même cru en bâtonnets comme nous mangeons les tomates cerises ou le chou-fleur ... Il s'associe parfaitement aux carottes, il relève leur goût et atténue leur sucre.

Donc pas besoin de prendre de billet Paris/New York, je vous emmène.

Ingrédients (pour environ 8 grands bols de soupe, chez nous on est généreux ... ^^)
- 2 kg de carottes coupées en rondelles
- 1 kg de céleri branche coupé en tronçons (il est évident que vous pouvez varier la quantité en fonction de votre goût)
- 2 oignons (vous remarquerez mon acte de rébellion face à la nouvelle réforme orthographique .... ^^)
- 3 ou 4 gousses d'ail
- 2 litres de bouillon de volaille
- 2 cc de curry
- huile d'olive, sel, poivre
- eau si nécessaire

Ne soyez pas étonné des quantités, j'ai l'habitude de faire de la soupe en grande quantité pour que cela dure toute la semaine. Vous pouvez évidemment diviser par 2.

Le plus long dans la cuisine c'est la préparation des légumes. On va donc débuter par ça !

Pelez et découpez en rondelles vos carottes. Les carottes sont très longues à cuire, je vous conseille donc de les découper en rondelles entre 3 et 5 mm. Puis réservez. Pour le céleri, comme il va être cuit et mixé, il n'est pas nécessaire de peler les fibres (cru ou non mixé, il faut le peler comme la rhubarbe), il faut simplement le couper en tronçon d'environ 1 cm.

Pelez vos oignons et vos gousses d'ail et découpez-les grossièrement. Attention aux yeux !!! 

Ma petite astuce : On se pose tous la question : "comment éviter de pleurer lorsqu'on coupe un oignon ?". Certains mettent un masque, d'autres serrent une allumette entre leurs dents (celle-là je ne suis pas sûre qu'elle fonctionne ...), ou le coupe sous un filet d'eau. Lors d'un cours de cuisine à l'"Atelier des Chefs", j'ai appris pourquoi nous pleurions lors de la découpe d'un oignon. Je ne vais pas vous faire un cours de physique/chimie, rassurez-vous. Dans l'oignon, vous avez remarqué la peau qui fait environ 1mm d'épaisseur mais entre chaque couche de peau, vous avez dû remarquer également une membrane gluante. Et bien, c'est cette membrane qui est responsable de notre larmoiement. Elle contient des petites vésicules, des substances qui lorsqu'elles rentrent en contact entre elles et avec l'air se transforment en acide sulfurique très volatile et très irritant pour notre sensible muqueuse oculaire. Maintenant, que nous avons posé ça, comment y remédier ? Tout simplement avec un couteau bien aiguisé et un geste précis. Lors vous coupez votre oignon, vous avez tendance à poser la lame sur le haut de l'oignon et couper de haut en bas. Or, avec ce geste, au lieu de couper la fameuse membrane, vous l'écrasez et par conséquent, faites exploser les vésicules qui libèrent leur substance violemment. Alors pour éviter ça, il faut couper l'oignon d'un coté à l'autre permettant ainsi à la lame de trancher sans écraser la membrane évitant la dispersion de l'acide sulfurique.

Reprenons la recette. Faites chauffer un bon gros filet d'huile olive dans un grand faitout (j'ai opté pour la cocotte en fonte). 
Faites suer les oignons et l'ail quelques minutes, puis ajoutez les carottes et le céleri. 


Faites revenir le tout jusqu'à ce que les oignons soit légèrement colorés par la carottes. 


Pendant ce temps, faites chauffer 2 litres d'eau avec 3 à 4 trois petits cubes de bouillon jusqu'à que ceux-ci soit complètement fondus.

Versez votre bouillon de volaille dans le faitout, ajoutez de l'eau si les légumes ne sont pas recouverts et couvrez. 

Portez à ébullition, ajoutez le curry et mélangez. 

Si vous le souhaitez vous pouvez saler mais n'oubliez pas qu'il y a du bouillon de volaille et du curry qui assaisonnent déjà votre soupe. Personnellement, je préfère saler une fois que la soupe est dans mon bol et seulement si c'est nécessaire. Poivrez à votre convenance, mélangez, baissez à feu moyen et faites cuire jusqu'à que vous puissiez facilement planter une fourchette dans les carottes et le céleri.

Il ne reste plus qu'à mixer. Vous avez le choix entre le mixeur plongeant ou le blender, à vous de voir. Je vous conseille de bien insister pour éviter toute fibre désagréable. 

Mon petit truc en plus : Je fais de la soupe en grande quantité mais je n'ai pas envie d'avoir pour autant 3 tupperwares qui prennent toute la place dans mon frigo. Pour éviter ça, une fois que tout est cuit (et avant mixage), je laisse réduire à feu doux pour qu'il y ait deux fois moins de liquide. Je mixe, la soupe est donc beaucoup plus épaisse qu'une soupe traditionnelle, un peu entre une purée et une soupe. Je la conserve au frigo. Et au moment de consommer, je mets 3 louches de soupe et 2 louches d'eau pour la délayer (pour 2 bols) et je chauffe. 

Vous pouvez aussi rajouter une cuillère de crème fraîche, des petits croûtons ou même des graines de courges grillées.

Et voilà, il ne reste plus qu'à se réchauffer les mains autour d'un bol et à se régaler.

AND NOW, LET THE MAGIC BEGINS !!!







Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes Folles Gourmandises

2 commentaires:

Vous souhaitez laisser un commentaire ?
Voici ce qu'il faut faire si vous n'avez pas de compte Google :

1- Saisissez votre commentaire dans l'encadré prévu
2- Choisissez "Nom/URL" dans "Sélectionner le profil..."
3- Indiquez votre nom ou pseudo si vous préférez (Oubliez la partie URL)
4- Cliquez sur "Publier"

Print